WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.

WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.
WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.

WEEK-END REALISATION
DE VOTRE RUCHE-TRONC.

2018

Le but.
La ruche-tronc fait partie du patrimoine traditionnelle Cévenole. Les techniques qui permettent sa réalisation, bien qu’ancestrales, sont précises.
Ce week-end d’apprentissage et de réalisation vous permettra d’aborder pratiquement ces techniques et de réaliser ce qui sera et restera durant de longues années, votre réalisation, votre ruche-tronc. Et cela, dans son intégralité.

Le lieu.
Le « Mazeldan ». Un mas typique des Cévennes, dans un cadre unique et à environ 800mètres d’altitude (Latitude: 44°13’56.36″N. Longitude; 3°39’9.18″E )
Vous êtes accueilli par la famille BOISSIER. Famille d’éleveurs (moutons, vaches) mais aussi très attachée à faire connaître leur pays, leurs traditions, leurs paysages…
Vous pourrez loger dans les chambres individuelles du gîte « tout confort »;
http://www.bienvenue-a-la-ferme.com/languedoc-roussillon/lozere/barre-des-cevennes/ferme/le-mazeldan/265557

Le programme.
Les troncs mis à votre disposition sont préalablement écorcés et mis aux dimensions.
Les lauzes sont ébauchées et prêtent à la taille.
La suite sera; creusage du tronc, réalisation du logement des clés, des clés, croisillons, trou de vol et taille de la lauze.
Dans la mesure du temps qu’il pourra nous rester et de la météo, une visite au rucher-tronc peut être possible. De plus des opérations de transvasements de colonies dans des ruches-troncs sont prévues. Vous pourrez participer à ces opérations dans la mesure où la météo le permet.
Ceux qui le désirent pourront partir avec leur ruche-tronc .

Votre participation.
Bien évidement s’inscrire. Attention, le nombre de place est limité à 5 personnes.
Le week-end débute le samedi à 9h et s’achève le dimanche vers 17h.

Vous devrez me précisez le jour de votre arrivée. Certains venant de loin préféreront sans doute d’arriver le vendredi soir.

Le tarif.
La participation au week-end:                                                                   150€

Si vous arrivez le vendredi soir: Repas, nuitée et petit déjeuner:             45€
Le samedi et dimanche; 1pique-nique, 1repas, 1nuitée,
1petit déjeuner, 1pique-nique:                                                                     61€

Vous désirez partir avec votre ruche:                                                           90€

Les dates.

24 et 25 Mars 2018
21 et 22 Avril 2018

et le 12/13 Mai 2018

Inscription.

GIORGI HENRI
MAS CROS VIEL
RTE DE MIALET
30270 SAINT JEAN DU GARD

TEL.06.33.35.99.05
Mail: giorgi.henri@orange.fr
Site: igoir.com

******

UN PLUS CETTE ANNÉE!

FABRICATION DE RUCHES EN VANNERIE
Techniques du bois tressé et vannerie spiralée cousue. Chaque stagiaire choisi
son modèle. Formateurs : Christina Otto et Bernard Bertrand
Au programme : acquisition de notions de vannerie et d’apiculture naturelle.
Toutes les fournitures pour la ruche sont incluses (paille, bois, cordelette), ou
réclotées sur place (ronce, châtaignier), vous
repartez avec votre ruche (valeur 150 €).
Coût formation : 190 €, sauf hébergement et repas.
LOZÈRE/CÉVENNES
Jeudi 22 et vendredi 23 mars.
Lieu du stage : au Mazeldan. Hébergement
et repas, contacter Claude Boissier Le Mazeldan, 48400 Barre des
Cévennes : chambresdhotes.boissier@wanadoo.fr – Tél. : 04 66 45 07 18.

Conditions d’accueil et d’inscription
Inscription indispensable pour les formations à adresser à
Christina : journal.tina.lutine@gmail.com
Nom : ……………………… Prénom…………………………………
Tél. :………………… Adresse complète …………………………
…………………………………………………………………………
Code postal ………… Ville …………………………………
Courriel : @
Inscription avec arrhes de 30 % obligatoire. En cas d’inscriptions insuffisantes
les stages peuvent être annulés 7 jours avant le premier jour de stage

Aidez vos abeilles contre les frelons…

Aidez vos abeilles contre les frelons…

L’automne…aï!
Les attaques de frelons se multiplient. Ils ont pris de l’assurance et les nids de l’ampleur…Toujours aussi bien cachés, indétectables, enfouis dans les plus hautes cimes. La chute future des feuilles nous fera dire;
-Tiens, regardes, il était là, à quelques centaines de mètres du rucher…

Ce matin encore j’ai été admirer les vols d’artifices des jeunes abeilles qui auront la lourde responsabilité d’aborder les futurs travaux printaniers. Ce seront d’elles en partie que dépendront les réussites ou les échecs du printemps à venir.
On voudrait les protéger, on voudrait faire que cet hiver qui pointe le nez soit un vrai moment de repos et de sécurité pour elles.
Mais le bourdonnement caractéristique des frelons en chasse nous rappelle très vite à la réalité.
Quoi de plus facile pour eux que de puiser leur butin dans ce vol d’artifice? La ruche est un distributeur automatique de gibier d’élevage. Ils arrivent au ras de terre, monte brusquement dans le vol plein d’innocence des jeunes abeilles, se saisissent d’une proie et repartent lourdement faire leur œuvre de dépeceur sur une branche à quelques mètres de là…
Voilà, c’est simple.
Seulement la colonie attaquée, elle, perd à chaque attaque une cellule vivante d’avenir, une once d’énergie qui sera à décompter pour l’hivernage. Sans compter le sentiment d’impuissance pour l’apiculteur qui à chaque agression sent monter en lui la frustration de ne rien pouvoir faire pour contrer ces agressions. La rage!
Tout de même, il y a un petit quelque chose que cet apiculteur peut faire. Non pas pour régler le problème « du frelons asiatique » de façon définitive. La localisation, puis la destruction des nids de frelons reste un problème majeur face à l’espoir d’éradication de cette espèce invasive. Et même, chacun y allant de son action personnelle pour la destruction des mères fécondes au printemps et en automne, l’invasion à mon avis n’est pas prête de perdre en expansion.
Ce petit « quelque chose » ne s’adresse bien sur qu’à ceux qui ne possèdent que quelques ruches à proximité de chez eux.
Il faut pouvoir avec facilité se rendre sur place et ne pas posséder plus d’une dizaine de ruches. Au delà…la chose prendrait trop de temps.
Les frelons asiatiques semblent ne pas fonctionner au hasard dans leurs attaques. Un certain nombre, semblent, aprés avoir découvert une manne de gibier (une ruche, un rucher…), s’y attacher avec une obstination morbide.
Ils partent du nid, attaquent la ruche ou les ruches qu’ils connaissent, dépècent, reviennent au nid. Et ainsi de suite.
Éliminer ces frelons dans la mesure du possible, permet aussi d’éliminer cette chaîne de carnage bien établie et réglée au quart de poil…
C’est ce que j’ai entrepris de faire depuis quelque temps.
Qu’ai je constater;
Mes ruches qui sont attaquées par environ une dizaine de frelons à l’heure, bénéficient après élimination des frelons (si l’élimination se fait le matin) d’une journée relativement tranquille. La réappropriation du terrain par les frelons se refait progressivement en deux-trois jours. Même si le problème n’est pas résolu, reste que cela sauve la vie d’un sacré paquet d’abeilles…
Pour éliminer les frelons j’utilise une raquette électrique renforcée (explication à la suite).
L’utilisation de cette raquette est très pratique car il suffit de toucher l’insecte pour qu’il tombe à terre. L’écrabouiller comme il le mérite n’est plus ensuite qu’un défouloir. « Défouloir » certes un peu primaire. Mais pour qui imagine dans le détail le calvaire de l’abeille; enlevée, puis découpée en morceau par le frelon pour être donnée en pâture à ses larves immondes, cela reste tout à fait humain.
Nos abeilles ont peu de moyen de défense contre les attaques de frelons. Lorsque l’attaque est extérieur à la ruche (devant la planche de vol), la seule défense est l’évitement. A bien observer il s’agit d’un véritable combat aérien chargé d’acrobaties aériennes d’où les abeilles d’ailleurs se tirent fort bien. Mais il suffira d’une butineuse fatiguée ou alourdie par le poids de ses pelotes de pollen, donc moins agile, pour offrir la victoire au pirate.
Par contre, l’attaque directement sur la planche de vol, même si plus rare, donne des atouts aux abeilles.
La rapidité de réaction des gardiennes est spectaculaire; Le but semble être de fixer l’intrus au sol afin de permettre à un maximum d’abeilles de se précipiter sur lui jusqu’à faire une énorme boule grouillante, offensive, tueuse.
Mais jouer du dard n’est pas joué. Pas contre le frelon asiatique. Il semble qu’aucune faille ne soit pénétrable dans son armure. Les abeilles vont tenter de l’étouffer, de l’asphyxier, de le surchauffer…Pour quel résultat…? La mort? la fuite?
J’aimerais le constater, mais je n’en ai encore jamais eu l’occasion.
Toujours est-il que parfois je me plais à saisir un frelon (un peu estropié) et à le livrer en guise d’entraînement à mes abeilles (voir vidéo).
Ne riez pas, j’ai l’impression de faire bien.

Comment préparer une raquette électrique de qualité minable en véritable arme de guerre.
Vous l’avez sans doute remarqué la qualité des raquettes électriques, bien que trés efficace dans le principe, n’en reste pas moins plus que douteuse en matière de montage.
Casse du cerclage plastique des rayons aprés un choc moyennement violent, chute des rayons après une petite torsion du cerclage, manche fendu-irréparable après un coup un peu violent contre l’armoire, connecteur de la pile en perdition dans le manche après chute de la raquette….
Bref, juste un petit énervement de quelques secondes après un mouche, et votre raquette ne peux plus vous assurer la victoire à Wimbledon…
Alors voilà quoi faire pour que votre investissement de 12€ à la quincaillerie du coin dur des années.

Materiel; Un pistolet de colle à chaud et du ruban adhésif.

dsc06277

Raquette classique, pas chère, pas solide.

 

 

 

 

 

 

dsc06278

A l’aide du pistolet, encollez largement le pourtour intérieur du cerclage qui maintient les rayons. De chaque côtés.
Démontez la trappe de pile. Ôtez la pile. Il y a un vide entre le fond du manche et le contacteur de la pile. Vous le remplissez de colle. Attendez que la colle durcisse. Remettez la pile et refermez la trappe.

dsc06279

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’aide du ruban adhésif passez quatre à cinq épaisseurs entre la base du cerclage et la moitié du manche. Vous ferez de même avec l’extrémité du manche en passant sur la trappe de pile.

dsc06280

 

 

 

 

 

 

 

Votre raquette est maintenant indestructible…

C’est pas tous les jours la fête…

C’est pas tous les jours la fête…
La prédation est souvent cruel mais bien sur nécessaire aux équilibres naturels.
Mais c’est pas tous les jours dimanche pour les prédateurs…
Ici, les frelons asiatique considérés comme des bêtes de guerre, perdent un peu de leur prestige..
Mais bon, on sait bien les ravages qu’ils occasionnent au sein de nos cheptels d’abeilles.
Alors si on peut se foutre de leurs mandibules de temps en temps…pourquoi se priver!
Voir la vidéo: https://youtu.be/6WtE_P2lHAk

 

LA RECOLTE ET PRESSAGE DU MIEL DE RUCHE-TRONC

LA RECOLTE ET PRESSAGE DU MIEL DE RUCHE-TRONC

Une ruche-tronc sur laquelle a été posée une hausse-tronc. La récolte présentée est celle que pratiquaient les anciens (sans la hausse qui n’était pas une pratique répandue). Découpe des rayons, pressage à la main dans un tissu adapté (ici remplacé par un voile en nylon). Cette méthode est suffisante pour un possesseur de 1 ou 2 ruches. Au delà, le petit pressoir à fruit sera le bien venu.

Suivez le lien; Recolte et pressage

Transvasement par « tapotage » d’une colonie logée dans une vieille ruche-tronc

Transvasement par « tapotage » d’une colonie logée dans une vieille ruche-tronc

LE TRANSVASEMENT D’UNE COLONIE

Il fallait bien que cela arrive!
On a plus vraiment l’énergie pour porter une lauze de plusieurs kilos.
Plus vraiment la santé pour lutter contre les attaques du temps.
On se fend, on s’étiole, on s’émiette…
Le temps est venu de rendre la main.

L’opération s’appelle « Le Tapotage » mais c’est plutôt une bonne bastonnade.
Rendez vous sur le lien à suivre;  cliquez ici

 

 

 

VISITE D’UN RUCHER-TRONC

VISITE D’UN RUCHER-TRONC

Visite rapide d’un rucher-tronc Cévenole encore habité d’abeilles. Certaines de ces ruches-troncs peuvent avoir dans les 200 ans. La visite consiste à évaluer l’état des colonies et faire des prélèvements d’abeilles afin de déterminer leur origine (abeilles noires locales).

Un nouveau livre sur l’apiculture???

Un nouveau livre sur l’apiculture???

UN LIVRE SUR;

 L’APICULTURE EN RUCHE-TRONC.

ACCOMPAGNEMENT DES ABEILLES

Mon but en écrivant ce livre n’a pas été de rajouter des pages à toutes celles déjà écrites sur le sujet.

J’ai simplement voulu aider, par quelques connaissances de bases, ceux qui se sont décidés à franchir le pas ; posséder une ou plusieurs ruches et « accompagner » leurs abeilles.CaptureSuivez ce lien…

RÉSERVEZ VOTRE (VOS) RUCHES-TRONCS. Devis, vente, renseignements…

RÉSERVEZ VOTRE (VOS) RUCHES-TRONCS. Devis, vente, renseignements…

La fabrication des ruches-troncs cévenoles demande une grande attention sur la qualité du bois utilisé. Une ruche-tronc doit perdurer entre ses deux lauzes durant un siècle ou deux. Des centaines de générations d’abeilles doivent pouvoir vivre en toute quiétude et sécurité dans cette enceinte fortifiée.
Le châtaignier est pour nous l’essence préférable à toute. Ce bois imputrescible grâce au tanin qui imbibe ses fibres, a fait ses preuves au cours des siècles. Certaines des ruches de nos ruchers-troncs ont plus de 200 ans. C’est pourquoi, suivant cette magnifique tradition, je suis toujours en recherche des troncs qui offriront la meilleure opportunité pour devenir des ruche-troncs.

st maurice de ventalon 008SUITE DE L’ARTICLE SUR LA PAGE; Cliquez sur ce lien

LA LAUZE NEE DU SCHISTE…

LA LAUZE NEE DU SCHISTE…

Quelle drôle d’idée que de poser sur notre tronc en châtaignier cette énorme masse  de schiste!

Elle pèse « un âne » (souvent pas moins de 40 kgs), on la déplace à grand peine (faut parfois être deux ), elle est fragile, elle est rare…Enfin oui, on se demande qu’elle idée saugrenue a pris nos ancêtres de chapeauter ainsi les ruches -troncs.

Et bien déjà, une raison essentielle est que c’est la pierre du pays. On la trouve dans les couches de schiste qui ressemblent tant à de la pâte feuilletée. Écarter et séparer les strates relève d’un talant et d’outils particuliers. La plaque se détache, fine ou épaisse, révélant au grand jour ce qu’elle cachait depuis des millénaires. Et ce qu’elle cachait est souvent d’une grande beauté; Il peut (le schiste) paraître sombre et terne dans l’ombre, mais qu’une averse ensoleillée vienne à passer par là et le voilà qui illumine d’argent étincelant, du pourpre en passant par le jaune orangé ou le violet, c’est une palette de peintre révélée. Parfois veiné du blanc translucide d’un quartz pur, étincelant dans ses éclats d’or,il fait rêver. 

Une autre raison est le poids. En effet, nos ruches sont installées, souvent en milieu naturel, isolées, en pleine nature…La cohabitation avec la faune sauvage est rarement en faveur de nos abeilles. Aussi pour résister contre le pillage du blaireau, contre le « grattage » du sanglier ou des divers cervidés qui voient dans nos ruches une utilisation bien pratique pour déposer quelques phéromones d’appropriation du territoire, seule la masse pesante de notre lauze permet une protection efficace. 

 C’est une drôle de roche que ce schiste…Un peu comme les gens de son pays, les cévenoles…qui paraissent comme lui et d’un premier abord, un peu austère , mais qui se mettent à briller, à vous transporter si vous le leur permettez, par votre attention et vos prévenances. Soyez ensoleillé à leur égard et ils brilleront comme le schiste au soleil.

Sur nos ruches-troncs, trônent donc ces lauze venues du fond des ages, et c’est pourquoi, aujourd’hui, aller choisir sa plaque de schiste dans des sanctuaires vieux de millions d’années pour ensuite les façonner sur mesure pour mes ruches-troncs, reste un plaisir sans mesure.

ruchertronc 025D’une plaque brut, sortir une ébauche de lauze.

ruchertronc 019Par martelage, former la lauze.

ruchertronc 022ruchertronc 029

ruche seule 003Le mariage entre schiste et châtaignier se doit d’être parfait! Ces deux là vont devoir cohabiter durant des décennies, voir quelques siècles…

Un sacré couple!