Tag Archives: miel

STAGE DE RUCHE EN PAILLE

STAGE DE RUCHE EN PAILLE
STAGE DE RUCHE EN PAILLE
Nous proposons un stage de hausse en paille deux jours avant les stages de fabrication de ruche tronc. A savoir que la hausse en paille en plus de pouvoir abriter une colonie (et d’en favoriser l’essaimage), peut avantageusement servir de hausse à la ruche en tronc mais aussi permettre la pose d’un nourrisseur ou la montée d’un essaim par tapotement. Très utile donc! Ce stage est tenu par Lucile Quentin, passionnée d’apiculture fixiste et de l’abeille noire.

LE STAGE

La hausse en paille. Récolte, nourrissement, essaimage…

Si le miel des abeilles est avant tout pour elles-mêmes, il est parfois
envisageable de réaliser une petite récolte de miel sur une colonie
dynamique. Traditionnellement, les cévenols récoltaient environ 1,5kg de
miel sur une ruche tronc, loin des 30kg par ruche de l’apiculture
productiviste.
Le miel récolté par pressage conserve tous ses arômes. Il pourra être
dégusté comme un bien précieux, ou être donné en nourrissement à des
colonies plus faibles.

Pourquoi une hausse en paille ?
La récolte de miel dans les ruches troncs s’effectuait autrefois
directement dans le « corps » de la ruche. Les rayons étaient découpés
dans la partie supérieure du tronc, une opération à la fois longue et
intrusive où nombre d’abeilles finissaient engluées dans le miel. La
recherche de méthodes plus douces nous a amené à envisager l’utilisation
de hausses fixistes adaptées aux ruches troncs et à notre démarche.
Il est possible de réaliser cette hausse en tronc, mais le poids de
l’objet le rend difficile à manipuler, et le châtaignier a facilement
tendance à fendre. Une hausse en paille offre donc une alternative
légère et pratique. Elle peut être protégée des intempéries par un grand
chapeau de paille qui vient remplacer la lauze.

Contenu du stage
Ce stage vous permettra d’apprendre les bases de la vannerie spiralée
cousue et de repartir avec votre hausse en paille de seigle. Cette même
technique vous permettra par la suite de réaliser des ruches en paille
complètes chez vous, si vous le souhaitez.
Nous discuterons ensemble des conditions et des modalités d’utilisation
de votre hausse.
Si le temps nous le permet, nous étudierons également la réalisation
d’un chapeau en paille de seigle, une option parmi d’autres pour
protéger votre hausse. Dans tous les cas, vous repartez avec un
fascicule explicatif qui détaille les étapes de la réalisation du
chapeau, que vous pouvez faire chez vous.

Le chapeau de paille

Informations pratiques
Dates : Les stages auront lieu les 6-7 avril et 15-16 juin 2023. Les
dates proposées sont volontairement positionnées en amont de deux stages
de fabrication de ruches tronc (WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC. – Igoir), ce qui permettra aux stagiaires qui le
souhaitent de pouvoir faire les deux. Néanmoins, il est possible de
s’inscrire au stage de hausse indépendamment du stage de fabrication de
ruche tronc.
Horaires : 9h-18h

Tarif : 200€.

Ce tarif comprend la formation et les matières premières.
Tous les outils sont fournis, je vous demande simplement de venir avec
un sécateur.

La hausse en paille.

Lieu et hébergement :
Le « Mazeldan ». Un mas typique des Cévennes, dans un cadre unique et à
environ 800mètres d’altitude (Latitude: 44°13’56.36″N. Longitude;
3°39’9.18″E )
Vous êtes accueilli par la famille BOISSIER. Famille d’éleveurs
(moutons, vaches) mais aussi très attachée à faire connaître leur pays,
leurs traditions, leurs paysages…
Vous pourrez loger dans les chambres individuelles du gîte « tout
confort »;
https://mazeldan.blog4ever.com/publications/12780337-reservation-et-tarifs
Pour des raisons d’organisation pratique, cet hébergement ne prend en
charge que les personnes participantes au stage. Les personnes
désirants se charger personnellement de leur hébergement peuvent le
faire sur les gites voisins ou camping de Barre des Cévennes.

Inscriptions :

Lucile Quentin / lucilequentin@riseup.net /

Téléphone: 06 76 89 37 41

 

LA REVUE « ABEILLES EN LIBERTE »

LA REVUE « ABEILLES EN LIBERTE »

UN MAGAZINE QUE NOUS ATTENDIONS TOUS.

Oui, la revue « ABEILLES EN LIBERTE », nous l’attendions et elle est née avec son premier numéro en janvier 2019. Depuis, chaque début de trimestre nous voit nous précipiter vers notre boite aux lettres avec impatience dans l’espoir qu’ « elle » soit arrivée.

Plus qu’une revue ou un magazine, c’est un lien qui a vu le jour en 2019. Un lien qui uni quelques milliers de personnes, de lecteurs, qui ne se connaissent pas entre eux. Mais qui ont en commun une chose essentielle: la passion, le respect des abeilles. Les abeilles pour ce qu’elles sont et non pas pour ce qu’elles produisent. Les abeilles pour ce qu’elles représentent pour les écosystèmes, pour leurs actions bénéfiques et indispensables à notre propre vie.

« ABEILLES EN LIBERTE »  nous permet à tous de ne pas nous sentir isolés, nous permet d’évoluer dans nos connaissances et nos pensées.

2021. De nombreux numéros sont déjà sortis, tous aussi passionnant les uns que les autres. La pandémie n’a pas facilité les choses, d’autant que chaque numéro est le travail (hors des contributeurs d’articles) d’une poignet d’acteurs. Cette revue ne fonctionne que par le système de distribution des abonnements, ce qui limite sa diffusion bien évidement. Pour s’abonner il faut déjà faire connaissance avec la matière et l’esprit du sujet dans lequel nous allons nous engager… Or aujourd’hui les possibilités de présentation de la revue sont limitées à leur plus simple expression: plus de rencontre, plus de salons spécialisés, plus de conférences…

Chacun de nous, nous qui suivons cette revue et la soutenons, nous devons aujourd’hui l’aider à poursuivre son magnifique chemin de connaissance et de lutte pour l’abeille libérée. Le bouche à oreille n’est pas suffisant, il nous faut nous servir des moyens de communication que nous avons tous à disposition, les mailings de tous nos contacts et diffuser notre passion, notre envie d’aller plus loin. Et pour cela, pousser notre revue au quatre coins du monde de chacun de nous.

Par ce lien, mis à votre disposition, vous pouvez toucher vos contacts et les intéresser à ce qui deviendra peut être pour eux aussi une source d’enrichissement culturel et peut être aussi, un combat à suivre.

Important: précisez que le spécimen présenté ne fait qu’une quinzaine de pages. La revue en fait plus de 65…

Lien vers  le spécimen d’ ABEILLES EN LIBERTÉ.

https://www.flipsnack.com/Igoir30/abeilles-en-libert.html     ………puis cliquez sur « Fullscreen » au centre de la revue pour la voir en taille correcte.

Ci joint le bulletin d’abonnement:  Il vous suffit de l’imprimer… en cliquant sur la flèche en haut à droite de ce document. Vous y trouverez « Imprimer »

Cliquer pour accéder à abonnement.pdf

 

Bravo…PERMATERRA!

Bravo…PERMATERRA!

 Ils sont jeunes (pour la plupart, mais les vieux comme moi ont aussi leur place), dynamiques, entreprenants et surtout réalistes. Lorsque le pessimisme me gagne, je pense à leurs actions, leurs idées et les réalisations concrètes proposées par l’association « Permaterra »…. Et cela me redonne espoir dans l’avenir!

Je laisse place à leur concept;

La biosphère est fragile.
Parfois, trop préoccupés, nous oublions que nous vivons un miracle. Face à la crise systémique contemporaine, notre génération a une opportunité de redessiner nos lieux de vie, nos modes de vie, nos sociétés.  Ce travail est fondamental. Nous pouvons construire un monde soutenable grâce à des conceptions conscientes de lieux et d’organisations humaines inspirées de la nature. Pour les particuliers comme pour les professionnels du vivant, Permaterra est un espace privilégié, une plateforme d’échanges pour la régénération des paysages, des communautés et de soi. Nous vous invitons à partager la permaculture, l’agriculture régénérative et la connaissance de Soi à travers des actions concrètes par le design, la formation.

https://www.youtube.com/watch?v=iQttLf6Ie44#action=share

Rendez visite au site de Permaterra; https://www.permaterra.fr/

« ABEILLES EN LIBERTE » Une revue qui en fait est « NOTRE » revue

« ABEILLES EN LIBERTE » Une revue qui en fait est « NOTRE » revue

La revue « Abeilles en Liberté » est la revue que l’on attendait…depuis longtemps. Elle est apparue enfin début 2019 avec la volonté et l’énergie de Bernard Bertrand et sa compagne Christina des Editions Terran.

C’est une revue trimestrielle qui s’est donné comme mission de nous unir tous: Sympathisants à la cause « biodiversité », apiculteurs amateurs et professionnels, chercheurs, scientifiques, biologistes, ceux que je nomme les « Éveilles », c’est à dire ceux qui ne se contentent pas de subir les révolutions environnementales actuelles mais qui veulent connaitre et agir…etc.

Pas de pub. Du concret. Des articles complets et inspirés du terrain, de la vie, de la lutte.

« Abeilles en Liberté » c’est aussi le magazine de nos libertés et c’est pourquoi, pour ma part j’y contribue, mes amis y contribuent et j’ai le souhait que chacun de nous y contribue parce que cette revue participe au grand mouvement de prise de conscience qui monte actuellement de part le monde.

 

Le lien vers le site de « ABEILLES EN LIBERTE »

 

 

Enfin! On va libérer les abeilles de leurs partitionnement…et les libérer!

Enfin! On va libérer les abeilles de leurs partitionnement…et les libérer!

Libération d’abeilles empêtrées et cloisonnées entre les cadres de l’apiculture conventionnelle.

-Mais dans ta ruche y’a pas de cadres?

Ben…non!

-Mais alors comment elles font leur cire?

Et toi, comment il bat ton cœur?

-……….!

Et oui, voilà le genre de dialogue que l’on peut avoir aujourd’hui avec…même parfois des « apiculteurs ». Disons que quelques fragment de siècles ont passé, et voilà où nous en sommes. Depuis l’avènement du dieu « cadre », les hommes ont totalement perdu la simple notion du naturel chez l’abeille. Imaginer une colonie sans « encadrement », sans « cloisonnement » et voilà la perturbation installée dans l’intellect du bipède qui se voudrait « plus dieu que dieu » (et c’est un athée qui le dis… C’est dire!)

-Ouai… mais c’est tellement pratique quand même « le cadre »!

Pratique pourquoi? Pour toi ou pour l’abeille?

Revenons à nos abeilles, nos très chères abeilles venues du fin fond de l’histoire terrestre, chargées d’une boite à outils biologiques, chimiques, mécaniques, physiologiques, que la nature à voulu au moins parfaite pour leur assurer une survie jusqu’à nos jours. Enfin, jusqu’à hier, ou les hommes se sont prit d’affection » pour ce petit insecte ailé, seul véritable alchimiste à avoir pu transformer le plomb nectarifère en or miellé.

Nous allons donc libérer nos abeilles du joug, des liens et chaines qui les entravent . Passons du cadres perturbateur aux libertés de vivre sans contrainte et en accord avec ce que la nature à mis quelques centaine de milliers d’années à réaliser.

Enruchement d’une colonie empêtrée de cadres, et libérée dans une ruche-tronc.

Cliquez sur le lien.

https://youtu.be/vgiPuMpEC-g

Plantez, plantez, plantez…!

Plantez, plantez, plantez…!

Là ou Jean Giono, Philippe Noiret et… »L’homme qui plantait des arbres » nous transportent vers ce qui aujourd’hui pourrait être l’essentiel;

Semer la vie.

https://www.youtube.com/watch?v=iwU85WUZPqk

 

Il reste du beau monde…

Il reste du beau monde…

Il reste du beau monde.

 

De par mon boulot au cœur du monde  des abeilles,  j’ai rencontré bien du monde ; Quelques illuminés, des passionnés, des passionnants, des savants, des débutants, des curieux, des détestables, des devenus-amis, etc, etc… Et je remercie l’apiculture de m’offrir ce privilège  d’ouverture sur une vie aussi passionnante.

Ce qui me touche le plus sont sans conteste les « démarrages ». Une passion venue dont ne sait où, une prise de conscience qui dit que l’on doit agir, un rêve chargé des parfums d’une « Madeleine » de Proust, et voilà un navire qui largue ses amarres pour aller voguer sur une mer inconnue. Les horizons sont vastes en apiculture et les destinations toujours incertaines. On part, on ne sait où, à la rame, à la voile, rarement au moteur, car il faut que le temps passe lentement si l’on veut que le voyage soit long et heureux.

Comme dans la plus part des spécialités, et cela de quelques ordres qu’elles soient, professionnelles ou de loisirs, le matériel tient en bonne place. Le premier réflexe du « démarrant » est de s’approprier et de s’entourer de toute une technicité rassurante. Il calme ainsi les angoisses inhérentes à ses inexpériences et pense ainsi conjurer le sort voué aux débutants, qui le ferait sombrer corps et âmes au premier grain.

A mon avis, voici dès la première amarre larguée, la première erreur de cap !

L’apiculture n’est pas une croisière de luxe. Rappelez-vous « le Titanic »… Un monstre de technicité, stoppé net dans son rêve  par quelques molécules de H²O. Il en est de même pour l’apiculture, comme pour la plus part des activités liées à la nature.

L’apiculture est un rendez-vous avec sois même dans un contexte de règles, de principes, de lois qui ne sont pas les nôtres. Et ce n’est bien entendu pas le matériel, fut-il de haute technicité, qui nous permettra de passer outre ces règles, ces principes et ces lois.

Nous devons nous présenter nus devant ce nouveau monde. La nudité c’est la page vierge à écrire des nouveaux mots appris de l’autre monde. Une autre culture, une autre approche du vivant, qui ne peuvent nous toucher et nous marquer qu’à la condition de notre nudité acceptée.

Un bout de bois issu des temps les plus anciens en contenant. Une peuplade, notre égale, en contenu, et notre envie d’entrer en contact étroit. Voilà l’apiculture telle qu’elle devrait entrer en nous. Accepter le voyage inversé, vers des horizons vieux de plusieurs millions d’années, revenir aux sources pour mieux comprendre, pour entrer en osmose, pour que les langages s’unifient et s’acceptent. Tout largage d’amarres se devrait de commencer là.

Parmi les amis rencontrés, beaucoup ont pris cette voie. ; Rejet du catalogue, miroir aux alouettes, ou s’exposent la technicité scintillante des Inox et plastiques, des pièges pervers dont les buts avoués sont de corrompre les règles, les principes et les lois des peuplades à exploiter.

La plus part ne veulent voir la vie qu’en tant que vie curieuse, vie admirable ou vie sacrée, peu importe. Ce qui compte reste le respect des lignes intangibles de la vie.

Ils sont ceux que j’appelle « le beau monde ». Parfois aussi « les Eveillés ».

« Le beau monde » parce que si le monde tel que nous le voyons aujourd’hui, nous fait peur, nous angoisse et nous déçoit, leur seule existence et leur multiplication, leurs actions alternatives intelligentes et leurs persévérances à ne pas être dans les règles homogénéisées et sclérosantes des technocraties établies, nous font espérer des jours meilleurs, des embellies pour demain.

Petit hommage à ce petit homme, « Tom ». Il pourrait être comme malheureusement beaucoup de ses congénères assoiffés de virtuel, adeptes d’un univers qui vous fait traverser la planète à coups de « clic » et qui d’une autre façon vous fais ignorer que respirer est le propre du vivant. Je ne le connais pas plus que ça, mais juste assez pour connaitre sa perspicacité, son acharnement, sa force créative, sa débrouillardise, son sens technique de la réalisation d’une ruche tronc (et d’une grosse en plus)… Voilà un « Eveillé ». Et en plus le monde de demain sera fait par lui et ses copains. Entrer en apiculture à 14-15 ans par la gouge, le ciseau à bois, la fabrication de ses propres outils spécifiques, et arriver à cette ruche magnifique…. Voilà qui donne de l’espoir pour demain. Chapeau l’artiste !  

Photo; « TOM »

Un joli témoignage de réussite…

Un joli témoignage de réussite…

Oui, une Joli témoignage de réussite venant de Chris Audouard. Chris s’est équipé de 4 ruches-troncs l’année dernière qu’il a installé en Ardêche. Quelques notions d’apiculture mais sans plus. Par contre, porté par un outil essentiel en apiculture; la passion des abeilles et l’envie de bien faire afin que celles-ci (les abeilles) n’est pas à supporter et subir les tracasseries dû aux mauvaises manipulations et autres interventions intempestives inhérentes aux débutants en général. J’ai eu le plaisir de beaucoup discuter avec lui de son projet, il s’est penché sur mon livre consacré à l’apiculture spécifique aux  ruches-troncs et sur d’autres aussi j’espère…avec beaucoup d’attention.

Aujourd’hui il a la gentillesse de me faire part de son expérience et de ses avancées en apiculture.

Avec son accord je vous livre son témoignage.

« pas de souci du coté des ruches troncs,depuis enruchement tout se passe bien……..abeilles travailleuses et pas agressives
j’ai pas pû mettre de nourrissement car quand j’ai voulu le faire,pas de place car les abeilles avaient construits même en dessous des croisillons…….
mais elles ont bien passées cet hiver rigoureux et même après un printemps pas terrible,je viens de faire la récolte et toutes étaient pleines de miel……….belles surprises et belles émotions………
j’ai récolté 10kg de miel et 2 kg de cire
par contre un peu barbare pour la récolte quand on coupe et sort les brèches…….
c’est surtout d’enlever la clé du milieu le plus dur mais on a trouvé astuce avec une barre pour faire levier ………..
pendant le récolte tout c’est bien passé et abeilles trés calmes,pas du tout agressives, pas de piqures……..;
par contre ensuite elles étaient toutes dehors contre le tronc à battre le rappel
j’ai mis les brèches dans un tamis et couper opercules,avec chaleur le miel s’est écoulé tout seul…….
à ton avis je laisse maturé le miel combien de temps?
donc là j’ai vu un cycle complet pour la ruche tronc depuis enruchement à la récolte…….
franchement même pour un novice c’est accessible,faut juste prendre son temps car c’est sur moins rapide que ruche cadre…….mais quand meme beaucoup plus d »émotions et de plaisirs…….
j’ai aussi relu ton livre,génial…….
a+ »

« j’étais aussi été surpris par la douceur et non agressivité des abeilles car on a mis quand même 1h pour faire les 4 ruches troncs
aujourd’hui je suis allé les voir et elles ont repris leurs train train habituelle……….
Comme je te l’ai dit je ne trouve pas qu’il y ait de difficultés insurmontable pour les ruches troncs,il y a surtout plus de contact avec les abeilles et il faut prendre le temps de faire les choses,c’est ça aussi le rythme de la nature………;en tout, de belles émotions et une belle expérience
a+ »

 

Merci Chri pour ton témoignage qui prouve que les ruches-troncs ne sont pas seulement un élément de décor, une vitrine, dans nos Cévennes. Elles sont et restent ce que les abeilles préfèrent  depuis des millions d’années, en terme de protection de leur équilibre biologique et social.