Tag Archives: Cévennes

STAGE DE RUCHE EN PAILLE

STAGE DE RUCHE EN PAILLE
STAGE DE RUCHE EN PAILLE
Nous proposons un stage de hausse en paille deux jours avant les stages de fabrication de ruche tronc. A savoir que la hausse en paille en plus de pouvoir abriter une colonie (et d’en favoriser l’essaimage), peut avantageusement servir de hausse à la ruche en tronc mais aussi permettre la pose d’un nourrisseur ou la montée d’un essaim par tapotement. Très utile donc! Ce stage est tenu par Lucile Quentin, passionnée d’apiculture fixiste et de l’abeille noire.

LE STAGE

La hausse en paille. Récolte, nourrissement, essaimage…

Si le miel des abeilles est avant tout pour elles-mêmes, il est parfois
envisageable de réaliser une petite récolte de miel sur une colonie
dynamique. Traditionnellement, les cévenols récoltaient environ 1,5kg de
miel sur une ruche tronc, loin des 30kg par ruche de l’apiculture
productiviste.
Le miel récolté par pressage conserve tous ses arômes. Il pourra être
dégusté comme un bien précieux, ou être donné en nourrissement à des
colonies plus faibles.

Pourquoi une hausse en paille ?
La récolte de miel dans les ruches troncs s’effectuait autrefois
directement dans le « corps » de la ruche. Les rayons étaient découpés
dans la partie supérieure du tronc, une opération à la fois longue et
intrusive où nombre d’abeilles finissaient engluées dans le miel. La
recherche de méthodes plus douces nous a amené à envisager l’utilisation
de hausses fixistes adaptées aux ruches troncs et à notre démarche.
Il est possible de réaliser cette hausse en tronc, mais le poids de
l’objet le rend difficile à manipuler, et le châtaignier a facilement
tendance à fendre. Une hausse en paille offre donc une alternative
légère et pratique. Elle peut être protégée des intempéries par un grand
chapeau de paille qui vient remplacer la lauze.

Contenu du stage
Ce stage vous permettra d’apprendre les bases de la vannerie spiralée
cousue et de repartir avec votre hausse en paille de seigle. Cette même
technique vous permettra par la suite de réaliser des ruches en paille
complètes chez vous, si vous le souhaitez.
Nous discuterons ensemble des conditions et des modalités d’utilisation
de votre hausse.
Si le temps nous le permet, nous étudierons également la réalisation
d’un chapeau en paille de seigle, une option parmi d’autres pour
protéger votre hausse. Dans tous les cas, vous repartez avec un
fascicule explicatif qui détaille les étapes de la réalisation du
chapeau, que vous pouvez faire chez vous.

Le chapeau de paille

Informations pratiques
Dates : Les stages auront lieu les 6-7 avril et 15-16 juin 2023. Les
dates proposées sont volontairement positionnées en amont de deux stages
de fabrication de ruches tronc (WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC. – Igoir), ce qui permettra aux stagiaires qui le
souhaitent de pouvoir faire les deux. Néanmoins, il est possible de
s’inscrire au stage de hausse indépendamment du stage de fabrication de
ruche tronc.
Horaires : 9h-18h

Tarif : 200€.

Ce tarif comprend la formation et les matières premières.
Tous les outils sont fournis, je vous demande simplement de venir avec
un sécateur.

La hausse en paille.

Lieu et hébergement :
Le « Mazeldan ». Un mas typique des Cévennes, dans un cadre unique et à
environ 800mètres d’altitude (Latitude: 44°13’56.36″N. Longitude;
3°39’9.18″E )
Vous êtes accueilli par la famille BOISSIER. Famille d’éleveurs
(moutons, vaches) mais aussi très attachée à faire connaître leur pays,
leurs traditions, leurs paysages…
Vous pourrez loger dans les chambres individuelles du gîte « tout
confort »;
https://mazeldan.blog4ever.com/publications/12780337-reservation-et-tarifs
Pour des raisons d’organisation pratique, cet hébergement ne prend en
charge que les personnes participantes au stage. Les personnes
désirants se charger personnellement de leur hébergement peuvent le
faire sur les gites voisins ou camping de Barre des Cévennes.

Inscriptions :

Lucile Quentin / lucilequentin@riseup.net /

Téléphone: 06 76 89 37 41

 

LES STAGES DE FABRICATION « RUCHES-TRONCS ». 2023

LES STAGES DE FABRICATION « RUCHES-TRONCS ». 2023

Les stages 2023 de fabrication des ruches troncs sont programmés….

WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.

Enfin! On va libérer les abeilles de leurs partitionnement…et les libérer!

Enfin! On va libérer les abeilles de leurs partitionnement…et les libérer!

Libération d’abeilles empêtrées et cloisonnées entre les cadres de l’apiculture conventionnelle.

-Mais dans ta ruche y’a pas de cadres?

Ben…non!

-Mais alors comment elles font leur cire?

Et toi, comment il bat ton cœur?

-……….!

Et oui, voilà le genre de dialogue que l’on peut avoir aujourd’hui avec…même parfois des « apiculteurs ». Disons que quelques fragment de siècles ont passé, et voilà où nous en sommes. Depuis l’avènement du dieu « cadre », les hommes ont totalement perdu la simple notion du naturel chez l’abeille. Imaginer une colonie sans « encadrement », sans « cloisonnement » et voilà la perturbation installée dans l’intellect du bipède qui se voudrait « plus dieu que dieu » (et c’est un athée qui le dis… C’est dire!)

-Ouai… mais c’est tellement pratique quand même « le cadre »!

Pratique pourquoi? Pour toi ou pour l’abeille?

Revenons à nos abeilles, nos très chères abeilles venues du fin fond de l’histoire terrestre, chargées d’une boite à outils biologiques, chimiques, mécaniques, physiologiques, que la nature à voulu au moins parfaite pour leur assurer une survie jusqu’à nos jours. Enfin, jusqu’à hier, ou les hommes se sont prit d’affection » pour ce petit insecte ailé, seul véritable alchimiste à avoir pu transformer le plomb nectarifère en or miellé.

Nous allons donc libérer nos abeilles du joug, des liens et chaines qui les entravent . Passons du cadres perturbateur aux libertés de vivre sans contrainte et en accord avec ce que la nature à mis quelques centaine de milliers d’années à réaliser.

Enruchement d’une colonie empêtrée de cadres, et libérée dans une ruche-tronc.

Cliquez sur le lien.

https://youtu.be/vgiPuMpEC-g

Il reste du beau monde…

Il reste du beau monde…

Il reste du beau monde.

 

De par mon boulot au cœur du monde  des abeilles,  j’ai rencontré bien du monde ; Quelques illuminés, des passionnés, des passionnants, des savants, des débutants, des curieux, des détestables, des devenus-amis, etc, etc… Et je remercie l’apiculture de m’offrir ce privilège  d’ouverture sur une vie aussi passionnante.

Ce qui me touche le plus sont sans conteste les « démarrages ». Une passion venue dont ne sait où, une prise de conscience qui dit que l’on doit agir, un rêve chargé des parfums d’une « Madeleine » de Proust, et voilà un navire qui largue ses amarres pour aller voguer sur une mer inconnue. Les horizons sont vastes en apiculture et les destinations toujours incertaines. On part, on ne sait où, à la rame, à la voile, rarement au moteur, car il faut que le temps passe lentement si l’on veut que le voyage soit long et heureux.

Comme dans la plus part des spécialités, et cela de quelques ordres qu’elles soient, professionnelles ou de loisirs, le matériel tient en bonne place. Le premier réflexe du « démarrant » est de s’approprier et de s’entourer de toute une technicité rassurante. Il calme ainsi les angoisses inhérentes à ses inexpériences et pense ainsi conjurer le sort voué aux débutants, qui le ferait sombrer corps et âmes au premier grain.

A mon avis, voici dès la première amarre larguée, la première erreur de cap !

L’apiculture n’est pas une croisière de luxe. Rappelez-vous « le Titanic »… Un monstre de technicité, stoppé net dans son rêve  par quelques molécules de H²O. Il en est de même pour l’apiculture, comme pour la plus part des activités liées à la nature.

L’apiculture est un rendez-vous avec sois même dans un contexte de règles, de principes, de lois qui ne sont pas les nôtres. Et ce n’est bien entendu pas le matériel, fut-il de haute technicité, qui nous permettra de passer outre ces règles, ces principes et ces lois.

Nous devons nous présenter nus devant ce nouveau monde. La nudité c’est la page vierge à écrire des nouveaux mots appris de l’autre monde. Une autre culture, une autre approche du vivant, qui ne peuvent nous toucher et nous marquer qu’à la condition de notre nudité acceptée.

Un bout de bois issu des temps les plus anciens en contenant. Une peuplade, notre égale, en contenu, et notre envie d’entrer en contact étroit. Voilà l’apiculture telle qu’elle devrait entrer en nous. Accepter le voyage inversé, vers des horizons vieux de plusieurs millions d’années, revenir aux sources pour mieux comprendre, pour entrer en osmose, pour que les langages s’unifient et s’acceptent. Tout largage d’amarres se devrait de commencer là.

Parmi les amis rencontrés, beaucoup ont pris cette voie. ; Rejet du catalogue, miroir aux alouettes, ou s’exposent la technicité scintillante des Inox et plastiques, des pièges pervers dont les buts avoués sont de corrompre les règles, les principes et les lois des peuplades à exploiter.

La plus part ne veulent voir la vie qu’en tant que vie curieuse, vie admirable ou vie sacrée, peu importe. Ce qui compte reste le respect des lignes intangibles de la vie.

Ils sont ceux que j’appelle « le beau monde ». Parfois aussi « les Eveillés ».

« Le beau monde » parce que si le monde tel que nous le voyons aujourd’hui, nous fait peur, nous angoisse et nous déçoit, leur seule existence et leur multiplication, leurs actions alternatives intelligentes et leurs persévérances à ne pas être dans les règles homogénéisées et sclérosantes des technocraties établies, nous font espérer des jours meilleurs, des embellies pour demain.

Petit hommage à ce petit homme, « Tom ». Il pourrait être comme malheureusement beaucoup de ses congénères assoiffés de virtuel, adeptes d’un univers qui vous fait traverser la planète à coups de « clic » et qui d’une autre façon vous fais ignorer que respirer est le propre du vivant. Je ne le connais pas plus que ça, mais juste assez pour connaitre sa perspicacité, son acharnement, sa force créative, sa débrouillardise, son sens technique de la réalisation d’une ruche tronc (et d’une grosse en plus)… Voilà un « Eveillé ». Et en plus le monde de demain sera fait par lui et ses copains. Entrer en apiculture à 14-15 ans par la gouge, le ciseau à bois, la fabrication de ses propres outils spécifiques, et arriver à cette ruche magnifique…. Voilà qui donne de l’espoir pour demain. Chapeau l’artiste !  

Photo; « TOM »

Les ombres qui apparaissent n’ont pas les lueurs de l’espoir…

Les ombres qui apparaissent n’ont pas les lueurs de l’espoir…

Les ombres qui apparaissent n’ont pas les lueurs de l’espoir…

J’ai côtoyé mes premières abeilles il y a plus de trente ans… Depuis, l’apiculture a accompagné toutes les étapes de ma vie.
Mais au-delà de l’apiculture, au delà des techniques, des savoir faire, des connaissances, de l’exploitation (puisqu’il y en a eu)… j’ai toujours éprouvé une fascination particulière et affective pour ce peuple ailé.
Cela s’est traduit par une attitude régulière de ma part: des heures passées, presque quotidiennement, à la simple observation des planches de vol.
Ces instants qui pouvaient être de courts moments, suffisaient à me permettre d’entrer en osmose avec un autre monde. Et cela m’était nécessaire. Je ne mentirais pas en disant que bien souvent je me sentais bien plus proche de ce monde des abeilles que de celui de mes contemporains…

Aujourd’hui je me rends compte que s’asseoir sur une pierre, face à une ruche et laisser la magie de l’observation et de la communication opérer, est devenu impossible, voir insupportable.
Nous ne pouvons plus dialoguer avec nos abeilles. Nous ne pouvons plus apprendre d’elles les secrets qu’elles laissaient échapper sur la planche de vol. Elles sont en guerre. Et ce qu’elles laissent paraître de leur intimité dorénavant n’est plus que stress, peur, défense, désarrois et angoisse.
Fini pour elles les longues balades sur le fronton des ruches ensoleillées, qui laissaient comprendre que même chez les abeilles le farniente avait son importance… Aujourd’hui s’attarder en dehors de la ruche est un risque à ne pas courir…
Fini les beaux atterrissages des butineuses qui revenaient des champs…Aujourd’hui dans la précipitation, la peur d’être kidnappées, elles s’écrasent et même parfois ratent la planche de vol…
Fini les départs aux champs, ou elles prenaient le temps, avant de s’élancer, d’inspirer fortement, de s’alléger au maximum…Aujourd’hui elle sortent comme des balles de fusil pour percer le barrage mortel des assaillants meurtriers.

Oui, parce qu’aujourd’hui, chaque ruche, chaque colonie, qu’elle soit sauvage (s’il en reste…) ou de rucher, doit faire face du tôt matin à la tombée de la nuit, aux attaques incessantes des frelons asiatiques.
A chaque envol, à chaque retour, la partie de poker se joue. Coup de poker qui conduira la perdante à être kidnappée, découpée et broyée en une infâme bouillie.

S’asseoir devant sa ruche aujourd’hui n’a plus rien de la belle sérénité des bons moments d’hier. Le bourdonnement apaisant de la colonie, celui des butineuses dans leurs allées et venues ont disparu. Etouffés par celui, menaçant et mortel des frelons en chasse, aux aguets.

Je trouve que le monde des abeilles fini par beaucoup ressembler au notre.
Et je ne suis pas certain qu’elles y gagnent au change.

WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.

WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.
WEEK-END REALISATION DE VOTRE RUCHE-TRONC.

3/4

 

WEEK-END REALISATION
DE VOTRE RUCHE-TRONC.

2023

Cette année le maitre de stage sera TONY OSORIO qui fabrique des ruches troncs avec Henri Giorgi depuis de nombreuses années.

Le but.
La ruche-tronc fait partie du patrimoine traditionnelle Cévenole. Les techniques qui permettent sa réalisation, bien qu’ancestrales, sont précises.
Ce week-end d’apprentissage et de réalisation vous permettra d’aborder pratiquement ces techniques et de réaliser ce qui sera et restera durant de longues années, votre réalisation, votre ruche-tronc. Et cela, dans son intégralité.

Le lieu.
Le « Mazeldan ». Un mas typique des Cévennes, dans un cadre unique et à environ 800mètres d’altitude (Latitude: 44°13’56.36″N. Longitude; 3°39’9.18″E )
Vous êtes accueilli par la famille BOISSIER. Famille d’éleveurs (moutons, vaches) mais aussi très attachée à faire connaître leur pays, leurs traditions, leurs paysages…
Vous pourrez loger dans les chambres individuelles du gîte « tout confort »;
https://mazeldan.blog4ever.com/

Pour des raisons d’organisation pratique, cet hébergement ne prend en charge que les personnes participantes au stage. Les personnes désirants  se charger personnellement de leur hébergement peuvent le faire sur les gites voisins ou camping de Barre des Cévennes.

Le programme.
Les troncs mis à votre disposition sont préalablement écorcés et mis aux dimensions.
Les lauzes sont ébauchées et prêtent à la taille.
La suite sera; creusage du tronc, réalisation du logement des clés, des clés, croisillons, trou de vol et taille de la lauze.

Ceux qui le désirent pourront partir avec leur ruche-tronc (Voir les conditions plus bas dans les tarifs).

Le samedi soir, Henri Giorgi sera présent au gite pour répondre à vos questions concernant l’apiculture en ruche tronc mais aussi pour ce qui concerne les possibilités d’installer des colonies d’abeilles sauvages dans votre environnement.

Votre participation.
Bien évidement s’inscrire. Attention, le nombre de place est limité à 5 personnes.
Le week-end débute le samedi à 9h et s’achève le dimanche vers 17h.

Vous devrez me précisez le jour de votre arrivée. Certains venant de loin préféreront sans doute d’arriver le vendredi soir (voir tarif gite Mazeldan).

Le tarif.
La participation au week-end sans récupérer votre ruche:  220€. Celle-ci sera installée sur un rucher tronc des environs. Avec abonnement 1 an à Abeilles en Liberté:   250€

  La participation au week-end et vous partez avec votre ruche:  320€. Avec abonnement 1 an à Abeilles en Liberté:  350€

Des arrhes d’un montant de 30€ vous seront demandés à la confirmation de votre inscription.

Hébergement et ordinaire:

Le samedi et dimanche; 1pique-nique, 1repas, 1nuitée,
1petit déjeuner, 1pique-nique:  61€

                   Si vous arrivez le vendredi soir: Repas, nuitée et petit déjeuner: 45€

Pour l’ordinaire et l’hébergement vous devez vous mettre en contact avec nos amis du gite « Le Mazeldan »:

Téléphone: 04.66.45.07.18

Site: https://mazeldan.blog4ever.com/publications/12780337-reservation-et-tarifs

Les dates.

  25 et 26 mars 2023 (Complet)

 08 et 09 avril 2023 (Complet)

22 et 23 Avril 2023

03 et 04 juin 2023

17 et 18 juin 2023

Vous pouvez aussi vous inscrire sur les wk déjà complets. En cas de désistement d’un participant sur un de ces wk nous vous proposerons la place libérée.

Pour info, voici une proposition de stage de hausse en paille particulièrement utile dans la conduite de la ruche tronc…

STAGE DE RUCHE EN PAILLE – Igoir

Inscription.

GIORGI HENRI
RODET. 48110 MOISSAC VALLEE FRANCAISE

TEL.06.33.35.99.05
Mail: giorgi.henri@orange.fr
Site: igoir.com

LES WK de fabrication de ruches-troncs…….

LES WK de fabrication de ruches-troncs…….
LES WK de fabrication de ruches-troncs…….

LES WEEKENDS FABRICATION RUCHES-TRONCS

 Pour certains qui ont participé aux weekends des printemps précédents, des abeilles  habitent déjà leurs ruches. Je reçois des photos, des commentaires enthousiasmants et enthousiasmés. Mon rôle est d’encourager mais aussi de tempérer le trop d’optimisme. Et c’est ce que je fais. En apiculture rien n’est jamais gagné d’avance et la vigilance reste la meilleure technique de réussite. La première année d’enruchement est une année transitoire pour les abeilles. Une année de tous les dangers. D’essaim il va falloir atteindre le statut de colonie…Et ce n’est pas gagné. La première année pour l’apiculteur sera une année d’observations fréquentes du trou de vol. Hors de question d’ouvrir la ruche. C’est un point vital. Aucun dérangement pour les abeilles. Donc il faudra suivre les aléas de la saison, les floraisons, avec beaucoup d’attention. Observer les sorties et entrées des abeilles, la tonicité de leurs activités pour déterminer si elles ont besoin d’aide ou pas. De plus en plus il faudra être attentif à la présence des frelons asiatiques… On ne peut plus faire sans. Un essaim en formation de l’année sera particulièrement fragilisé et menacé par les attaques de ces pirates. Surtout à partir du mois d’aout et jusqu’en novembre où les frelons sont généralement plus actifs autour des ruches. La tapette électrique reste l’arme la plus efficace pour le moment, même si elle ne fait guère baisser les attaques journalières (si peu).

De nouveaux weekends sont en préparations.

Weekends de fabrication de ruches-troncs : Apprendre et réaliser toutes les techniques de fabrications d’une authentique ruche-tronc cévenole. Vous repartez avec votre ruche complète.

Cette année encore les weekends se feront au cœur des hautes Cévennes à 900 mètres d’altitude dans le cadre magnifique d’un véritable mas cévenole.

POUR PLUS DE DÉTAILS SUIVEZ CE LIEN; ICI

 

Transvasement par « tapotage » d’une colonie logée dans une vieille ruche-tronc

Transvasement par « tapotage » d’une colonie logée dans une vieille ruche-tronc

LE TRANSVASEMENT D’UNE COLONIE

Il fallait bien que cela arrive!
On a plus vraiment l’énergie pour porter une lauze de plusieurs kilos.
Plus vraiment la santé pour lutter contre les attaques du temps.
On se fend, on s’étiole, on s’émiette…
Le temps est venu de rendre la main.

L’opération s’appelle « Le Tapotage » mais c’est plutôt une bonne bastonnade.
Rendez vous sur le lien à suivre;  cliquez ici