Un nouveau livre sur l’apiculture???

Un nouveau livre sur l’apiculture???

UN LIVRE SUR;

 L’APICULTURE EN RUCHE-TRONC.

ACCOMPAGNEMENT DES ABEILLES

Mon but en écrivant ce livre n’a pas été de rajouter des pages à toutes celles déjà écrites sur le sujet.

J’ai simplement voulu aider, par quelques connaissances de bases, ceux qui se sont décidés à franchir le pas ; posséder une ou plusieurs ruches et « accompagner » leurs abeilles.CaptureSuivez ce lien…

LA VALLEE DES ABEILLES NOIRES;

LA VALLEE DES ABEILLES NOIRES;

LA VALLEE DES ABEILLES NOIRES.

En fait cette vallée, c’est celle du Haut Tarn. C’est à cet endroit, en aval de Pont de Montvert que se trouve le conservatoire des abeilles noires de notre association ; L’Arbre aux Abeilles.

Alors pourquoi cette vidéo sur « La moisson du sarrazin »… ?

Tout simplement parce que c’est l’aboutissement d’un projet démarré voici deux années et dont le but est de procurer aux abeilles une manne nourricière dans un secteur de moyenne densité mellifère. Des plantations d’arbres fruitiers locaux sont en cours de réalisation et 2 hectares de sarrazin ont été plantés cette année.

Mais pas seulement! Cliquez ici pour la suite

Je sais pas vous mais moi…

Je sais pas vous mais moi…

Je ne sais pas pour vous mais personnellement, même si je dois me priver d’un resto ou deux dans le mois, j’adhère et je participe au projet de ce film qui fera partie de l’édifice, de la digue, qu’il nous faut construire pour protéger notre environnement. Enfin, moi je vois ça comme ça!

https://bluebees.fr/fr/project/331-ruches-de-biodiversite

Un joli témoignage de réussite…

Un joli témoignage de réussite…

Oui, une Joli témoignage de réussite venant de Chris Audouard. Chris s’est équipé de 4 ruches-troncs l’année dernière qu’il a installé en Ardêche. Quelques notions d’apiculture mais sans plus. Par contre, porté par un outil essentiel en apiculture; la passion des abeilles et l’envie de bien faire afin que celles-ci (les abeilles) n’est pas à supporter et subir les tracasseries dû aux mauvaises manipulations et autres interventions intempestives inhérentes aux débutants en général. J’ai eu le plaisir de beaucoup discuter avec lui de son projet, il s’est penché sur mon livre consacré à l’apiculture spécifique aux  ruches-troncs et sur d’autres aussi j’espère…avec beaucoup d’attention.

Aujourd’hui il a la gentillesse de me faire part de son expérience et de ses avancées en apiculture.

Avec son accord je vous livre son témoignage.

« pas de souci du coté des ruches troncs,depuis enruchement tout se passe bien……..abeilles travailleuses et pas agressives
j’ai pas pû mettre de nourrissement car quand j’ai voulu le faire,pas de place car les abeilles avaient construits même en dessous des croisillons…….
mais elles ont bien passées cet hiver rigoureux et même après un printemps pas terrible,je viens de faire la récolte et toutes étaient pleines de miel……….belles surprises et belles émotions………
j’ai récolté 10kg de miel et 2 kg de cire
par contre un peu barbare pour la récolte quand on coupe et sort les brèches…….
c’est surtout d’enlever la clé du milieu le plus dur mais on a trouvé astuce avec une barre pour faire levier ………..
pendant le récolte tout c’est bien passé et abeilles trés calmes,pas du tout agressives, pas de piqures……..;
par contre ensuite elles étaient toutes dehors contre le tronc à battre le rappel
j’ai mis les brèches dans un tamis et couper opercules,avec chaleur le miel s’est écoulé tout seul…….
à ton avis je laisse maturé le miel combien de temps?
donc là j’ai vu un cycle complet pour la ruche tronc depuis enruchement à la récolte…….
franchement même pour un novice c’est accessible,faut juste prendre son temps car c’est sur moins rapide que ruche cadre…….mais quand meme beaucoup plus d »émotions et de plaisirs…….
j’ai aussi relu ton livre,génial…….
a+ »

« j’étais aussi été surpris par la douceur et non agressivité des abeilles car on a mis quand même 1h pour faire les 4 ruches troncs
aujourd’hui je suis allé les voir et elles ont repris leurs train train habituelle……….
Comme je te l’ai dit je ne trouve pas qu’il y ait de difficultés insurmontable pour les ruches troncs,il y a surtout plus de contact avec les abeilles et il faut prendre le temps de faire les choses,c’est ça aussi le rythme de la nature………;en tout, de belles émotions et une belle expérience
a+ »

 

Merci Chri pour ton témoignage qui prouve que les ruches-troncs ne sont pas seulement un élément de décor, une vitrine, dans nos Cévennes. Elles sont et restent ce que les abeilles préfèrent  depuis des millions d’années, en terme de protection de leur équilibre biologique et social.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chez Maurice et ses abeilles heureuses…

Chez Maurice et ses abeilles heureuses…

Chez Maurice Rouvière…

Juste un petit passage chez Maurice. Maurice est un apiculteur à l’ancienne. Les techniques de l’apiculture scientifique contemporaine ne l’ont même pas effleurées. Pour lui les abeilles ne sont pas des « outils », pas du bétail à traire, pas des pompes à nectar et encore moins de la viande à ruche (si si, certains apiculteurs ne jugent de la valeur d’une ruche qu’en terme de quantité de « viande » qu’elle contient. Et oui…). Pour Maurice les abeilles sont des amies. Des amies très proches et très fragiles dont il faut prendre soin parce que leur environnement semble devenir de plus en plus hostile. Alors il a mit beaucoup de son énergie et de ses connaissances pour créer un petit coin de paradis pour ses abeilles.

D’ici quelque temps je vous le présenterai avec plus de détails, plus de profondeur et nous découvrirons ses ruches étonnantes à feuillets, d’autres horizontales sans cadres (cires gaufrée…berk!) et surtout sur les idées qu’il transmet sur les abeilles et l’apiculture…

Vous pouvez vous aussi retrouver Maurice Rouviere sur son site;

 

Et trois de plus!!!

Et trois de plus!!!

Oui, le dernier stage a vu trois nouvelles ruches-troncs mises à la dispo des abeilles.

Alors pour les « chagrins » qui ne supportent pas ce type de ruche je suis désolé…

Par contre je souhaite une longue et belle vie aux futures locataires…

Si certains (es) d’entre vous sont intéressés (ées) par la mise en place d’un nouveau stage troisième semaine du mois d’aout ou première de septembre (on arrivera bien à s’arranger) …signalez vous en me contactant:

giorgi.henri@orange.fr

LIVRE/DVD; Construire ses ruches-troncs

LIVRE/DVD; Construire ses ruches-troncs
LIVRE/DVD; Construire ses ruches-troncs

UN LIVRE ET DVD DES TECHNIQUES DE FABRICATION DE VOS RUCHES-TRONCS

Certes il faut trouver le tronc et la lauze…
Certes il faut l’outillage
Et puis…?
Il faut les techniques pour que la construction de vos ruches ne tourne pas à la galère ou à « l’amateurisme »
qui fera de votre ruche le cauchemar de vos abeilles (et le votre…)
Ce livret rassemble les techniques pour aller droit au but et faire de vos ruches troncs l’habitat idéal pour
vos abeilles, mais aussi des objets d’art naturel.
Le livret contient aussi des chapitres relatifs à l’apiculture; récolte avec utilisation de la hausse-tronc,
régénération des bâtisses centrales (sujet qui est un peu la part d’ombre des ruches-troncs…).

Pour en savoir plus suivez ce lien;     https://igoir.com/livre-les-techniques-de-realisation-des-ruches-troncs/

 

Les ombres qui apparaissent n’ont pas les lueurs de l’espoir…

Les ombres qui apparaissent n’ont pas les lueurs de l’espoir…

Les ombres qui apparaissent n’ont pas les lueurs de l’espoir…

J’ai côtoyé mes premières abeilles il y a plus de trente ans… Depuis, l’apiculture a accompagné toutes les étapes de ma vie.
Mais au-delà de l’apiculture, au delà des techniques, des savoir faire, des connaissances, de l’exploitation (puisqu’il y en a eu)… j’ai toujours éprouvé une fascination particulière et affective pour ce peuple ailé.
Cela s’est traduit par une attitude régulière de ma part: des heures passées, presque quotidiennement, à la simple observation des planches de vol.
Ces instants qui pouvaient être de courts moments, suffisaient à me permettre d’entrer en osmose avec un autre monde. Et cela m’était nécessaire. Je ne mentirais pas en disant que bien souvent je me sentais bien plus proche de ce monde des abeilles que de celui de mes contemporains…

Aujourd’hui je me rends compte que s’asseoir sur une pierre, face à une ruche et laisser la magie de l’observation et de la communication opérer, est devenu impossible, voir insupportable.
Nous ne pouvons plus dialoguer avec nos abeilles. Nous ne pouvons plus apprendre d’elles les secrets qu’elles laissaient échapper sur la planche de vol. Elles sont en guerre. Et ce qu’elles laissent paraître de leur intimité dorénavant n’est plus que stress, peur, défense, désarrois et angoisse.
Fini pour elles les longues balades sur le fronton des ruches ensoleillées, qui laissaient comprendre que même chez les abeilles le farniente avait son importance… Aujourd’hui s’attarder en dehors de la ruche est un risque à ne pas courir…
Fini les beaux atterrissages des butineuses qui revenaient des champs…Aujourd’hui dans la précipitation, la peur d’être kidnappées, elles s’écrasent et même parfois ratent la planche de vol…
Fini les départs aux champs, ou elles prenaient le temps, avant de s’élancer, d’inspirer fortement, de s’alléger au maximum…Aujourd’hui elle sortent comme des balles de fusil pour percer le barrage mortel des assaillants meurtriers.

Oui, parce qu’aujourd’hui, chaque ruche, chaque colonie, qu’elle soit sauvage (s’il en reste…) ou de rucher, doit faire face du tôt matin à la tombée de la nuit, aux attaques incessantes des frelons asiatiques.
A chaque envol, à chaque retour, la partie de poker se joue. Coup de poker qui conduira la perdante à être kidnappée, découpée et broyée en une infâme bouillie.

S’asseoir devant sa ruche aujourd’hui n’a plus rien de la belle sérénité des bons moments d’hier. Le bourdonnement apaisant de la colonie, celui des butineuses dans leurs allées et venues ont disparu. Etouffés par celui, menaçant et mortel des frelons en chasse, aux aguets.

Je trouve que le monde des abeilles fini par beaucoup ressembler au notre.
Et je ne suis pas certain qu’elles y gagnent au change.

LES GARDIENNES (Abeilles) et « L’abeille de Tian’anmen » (VIDEO)

LES GARDIENNES (Abeilles) et « L’abeille de Tian’anmen » (VIDEO)

LES GARDIENNES (Abeilles) et « L’abeille de Tian’anmen » (VIDEO)

Tout commence par un plan fixe.
Un plan fixe pour observer l’attitude défensive des gardiennes face aux attaques des supers prédateurs que sont les « Frelons Asiatiques ».
Collées l’une à l’autre, en ligne sur la planche de vol, elles forment un rempart entre les assaillants et l’entrée de la ruche.
Une fois de plus on constate que les abeilles tirent le principal de leur force et de leur efficacité du collectif. Elles sont dix, vingt, pattes contre pattes, ailes emmêlées, les antennes dressées et il semble que rien ne pourrait venir ébrécher ce mur de volonté à ne rien céder…

Et puis voilà que l’on tombe sur une séquence exceptionnelle…
Une séquence qui démontre que chez l’abeille existe aussi une hiérarchie dans le comportement lié au courage.
On le connaît le courage. C’est ce qui fait agir malgré les retenues de la peur.
Mais au delà du courage collectif des gardiennes, qu’y a t’il?
Peut être l’héroïsme d’un seul individu! Un individu qui sait faire face, seul, aux monstres guerriers que sont les frelons asiatiques. Un individu qui se met en avant, qui ne s’écrase pas, bien qu’il soit totalement désarmé face à l’invincible tueur.
Je vous propose de rencontrer cet individu que personnellement je qualifie d’héroïque, dans cette courte vidéo.