Une récolte qui nous remonte dans le temps.

Pour les possesseurs de 1 ou 2 ruches-troncs cette récolte peut être un parfait moment de bonheur. Même si le pressage des « brêches » de miel à la main reste une opération pour le moins empirique, le plaisir qui s’en dégage n’en est pas moins réjouissant.

Par contre celui qui possède plusieurs ruches-troncs à la récolte, fera mieux de se munir d’un petit pressoir à fruits équipé d’un voile nylon (pour une meilleure récupération de la cire après pressage). La perte de miel sera nettement moins importante et le pressage plus rationnel.

La ruche récoltée ici, sur cette vidéo, possède une petite hausse. Cette hausse a été mise en place alors que la colonie de cette ruche avait rempli son corps. Plutôt que de faire le choix  de  récolter à même le corps de la ruche comme le voudrait la tradition, j’ai choisi cette option de hausse. Ainsi, j’ai évité l’essaimage de la colonie, et j’ai pu faire une petite récolte sans avoir à toucher aux réserves essentielles de la colonie.

Pour ce qui concerne le retrait des rayons de miel, l’option de la hausse présente aussi de nombreux avantages… Celui de préserver la vie de beaucoup d’abeilles. En effet lors d’une récolte classique par découpage des rayons dans la partie supérieur de la ruche, il est très difficile d’éviter l’engluement de nombreuses abeilles, l’écrasement et malheureusement aussi le pillage lorsque l’opération est un peu longue… Le retrait d’une hausse-tronc facilite le travail et donc raccourci considérablement l’intervention. De plus en prenant suffisamment de précautions les pertes d’abeilles sont vraiment minimes (égales ou inférieurs à celles du retrait d’une hausse à cadres). La hausse enlevée, vous la déposez à quelques mètres de la ruche (sur un plastique) et aprés quelques nuages de fumée, les abeilles retournent à celle-ci sans problème. Un petit coup de brosse sur les récalcitrantes et vous découpez au calme les rayons au dessus d’un sot en plastique possédant un couvercle. Pour la hausse vidée et enduite de miel, un vaporisateur d’eau fait l’affaire avant d’être empaquetée dans un grand plastique.

Précautions durant le pressage à la main; vérifiez qu’il ne reste aucune abeille dans les rayons à presser…

La méthode d’extraction du miel par pressage est, à mon avis, la seule qui puisse se targuer d’une appellation « Bio ». Au lieu d’être séparé d’une façon ou d’une autre (centrifugation…) de ses compagnons de voyage que sont cire, pollen, propolis… le miel au contraire est ici marié intimement par le pressage commun de tous ces produits particuliers et si riches, qui vont faire de son parfum et de ses qualités un miel sans égal.