« UFC Que Choisir », débouté et condamné…

« UFC Que Choisir », débouté et condamné…

« Les abeilles se fendent la gueules »

« UFC Que choisir s’est pris une claque judiciaire pour diffamation envers Pollinis. A cette occasion, L’UNAF qui poussait « Que choisir » dans le dos, comme un sale gosse pas trés courageux peux le faire lorsqu’il s’agit de faire faire une bonne grosse bêtise aux copains, mais qu’il ne veut surtout pas prendre de risque, ne s’est pas présenté au tribunal ou pourtant son témoignage était attendu. « Allez y les mecs: Moi j’ai à faire au jardin…mais vous me raconterez hein? On a le courage qu’on peut!

En tous les cas nous on est bien content. Depuis le temps que les ragots, les méprisables diffamations couraient sur nos copains et cela dans un seul but; Semer la méfiance afin d’isoler et de discréditer Pollinis. Et  bien voilà, la chose est maintenant établie; UFC Que Choisir a choisi son camps (et apparemment pas le bon), quant à l’UNAF, Syndicat du productivisme à outrance, là, il n’y a rien à dire. On savait déjà.

Le lien; Pollinis

4 Responses »

  1. Je suis le journaliste auteur de l’article attaqué dans Que Choisir. Nous avons perdu, c’est exact. Le témoin de l’Unaf ne s’est présenté, c’est exact aussi. Mais c’est entièrement de notre faute : nous ne l’avons pas prévenu de la date d’audience. C’est une erreur administrative, bête, comme toutes les erreurs, et elle ne dit rien du courage de l’Unaf ni de la clarté de ses positions.

    Salutations

    Erwan Seznec

    • Bonjour Monsieur Seznec,
      Merci pour votre réponse.
      Quel drôle de monde !
      Vous ne trouvez pas ?
      Moi je le trouve sinistre et pervers.
      Il se mène un combat aujourd’hui qui me concerne, qui vous concerne et qui concerne même ceux qui en ont une totale ignorance ; Ce combat c’est celui de la sauvegarde de ce qui reste de notre biodiversité terrestre.
      Nous sommes nombreux à le mener. Et même, petite note optimiste, il semblerait que le public en général, par une prise de conscience aujourd’hui avérée, suive de très près ce combat et même demande bien souvent à y participer.
      Or vous n’êtes pas sans savoir que là où il y a « combat », il y a « pouvoir ». Ces combats trainent derrière eux des financements, des donations, des crédits, des aides financières…etc. Un gâteau dont le partage se fait au détriment de ceux qui ont le moins de pouvoir et à l’avantage de ceux qui en ont le plus. Et nous en sommes là ; Affaire de gros sous, d’influence et de pouvoir. Prêt à discréditer ce combat commun, qui a la faveur et la sympathie d’un public dont nous avons tous besoin. L’utilisation de niaises calomnies, de mensonges crasses et de diffamations stupides ne sert personnes, bien au contraire. Le combat est dans les champs inondés de néonicotinoïde, il pourrait aussi être dans la prise de conscience des apiculteurs de l’UNAF qui utilisent des méthodes d’exploitation apicoles dévastatrices pour les abeilles.
      Si l’UNAF ne s’est pas présenté à votre procès, je doute que la raison en ait été un simple oubli de votre part. Il y a des actes manqué qui marque leur réalité.
      J’ai personnellement et en conscience témoigné en faveur de Pollinis et cela pour ma part de la façon le plus objective qui soit ; j’ai observé et constaté le travail et les résultats des actions de cette association sur le terrain, et je peux vous affirmer que l’esprit, la détermination et les compétences des dirigeants et de toute l’équipe, Monsieur Laarman en tête (Pas l’autre…hein ! Non, celui-là !), sans oublier Monsieur Hebbar ont bien été au rendez-vous.
      Je pense qu’au vu des diffamations et du manque d’objectivité de votre article, et cela avec présence ou pas de l’UNAF, votre condamnation ne m’a pas attristé (Bien que fortement déçu par Que choisir, que je pensais plus objectif dans ses argumentations en général).
      Mais je me permet une question ; L’UNAF s’est-elle proposée de partager solidairement les dommages et intérêts de votre condamnation ?
      Henri Giorgi

      • Bonsoir,

        L’absence de l’Unaf a la barre tient à un oubli de notre part. Il n’y a pas d’acte manqué, pas de sens caché. C’est une erreur. Le service juridique de l’UFC était désorganisé par des départs. Je n’ai aucune raison de vous mentir et me couvrir de ridicule (car nous sommes ridicules). Quand à demander à l’Unaf ou à quiconque de partager l’amende, ce serait non seulement indécent (il faut assumer ses écrits) mais illégal. On ne peut mutualiser d’aucune sorte une amende au pénal. Après, je comprend tout à fait que l’issue du procès vous satisfasse. J’ai écris ce que je croyais vrai, après enquête, mon but n’est pas de faire l’unanimité.

        Néanmoins cordialement,

        Erwan Seznec

        • Bonjour,
          Pour ce qui concerne ma question; L’UNAF s’est-elle proposée de partager solidairement les dommages et intérêts de votre condamnation ?… Je pensais plutôt à une compensation sympathique de quelques kilos de miel offert… 🙂
          Vous avez eu la courtoisie d’apporter vos réponses à cet article et je vous en remercie. Notre temps (le votre et le notre) n’est pas à ce type de combat, souvent stérile et qui ne nourrit que des satisfactions personnelles. Il reste tant de choses autres et d’importance primordiale à faire passer. Pour ma part, et cela une fois de plus, avec les aides de Pollinis, nous allons ce wk recevoir du public à notre conservatoire des abeilles noires pour un programme de découverte, de fabrication de ruches-troncs, mais aussi d’éveil aux fragilités du milieu et de ses » habitants ». Si vous passez par là… Je vous souhaite une bonne journée. Henri Giorgi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.