« UFC Que Choisir », débouté et condamné…

« UFC Que Choisir », débouté et condamné…

« Les abeilles se fendent la gueules »

« UFC Que choisir s’est pris une claque judiciaire pour diffamation envers Pollinis. A cette occasion, L’UNAF qui poussait « Que choisir » dans le dos, comme un sale gosse pas trés courageux peux le faire lorsqu’il s’agit de faire faire une bonne grosse bêtise aux copains, mais qu’il ne veut surtout pas prendre de risque, ne s’est pas présenté au tribunal ou pourtant son témoignage était attendu. « Allez y les mecs: Moi j’ai à faire au jardin…mais vous me raconterez hein? On a le courage qu’on peut!

En tous les cas nous on est bien content. Depuis le temps que les ragots, les méprisables diffamations couraient sur nos copains et cela dans un seul but; Semer la méfiance afin d’isoler et de discréditer Pollinis. Et  bien voilà, la chose est maintenant établie; UFC Que Choisir a choisi son camps (et apparemment pas le bon), quant à l’UNAF, Syndicat du productivisme à outrance, là, il n’y a rien à dire. On savait déjà.

Le lien; Pollinis

13 Responses »

  1. Je suis le journaliste auteur de l’article attaqué dans Que Choisir. Nous avons perdu, c’est exact. Le témoin de l’Unaf ne s’est présenté, c’est exact aussi. Mais c’est entièrement de notre faute : nous ne l’avons pas prévenu de la date d’audience. C’est une erreur administrative, bête, comme toutes les erreurs, et elle ne dit rien du courage de l’Unaf ni de la clarté de ses positions.

    Salutations

    Erwan Seznec

    • Bonjour Monsieur Seznec,
      Merci pour votre réponse.
      Quel drôle de monde !
      Vous ne trouvez pas ?
      Moi je le trouve sinistre et pervers.
      Il se mène un combat aujourd’hui qui me concerne, qui vous concerne et qui concerne même ceux qui en ont une totale ignorance ; Ce combat c’est celui de la sauvegarde de ce qui reste de notre biodiversité terrestre.
      Nous sommes nombreux à le mener. Et même, petite note optimiste, il semblerait que le public en général, par une prise de conscience aujourd’hui avérée, suive de très près ce combat et même demande bien souvent à y participer.
      Or vous n’êtes pas sans savoir que là où il y a « combat », il y a « pouvoir ». Ces combats trainent derrière eux des financements, des donations, des crédits, des aides financières…etc. Un gâteau dont le partage se fait au détriment de ceux qui ont le moins de pouvoir et à l’avantage de ceux qui en ont le plus. Et nous en sommes là ; Affaire de gros sous, d’influence et de pouvoir. Prêt à discréditer ce combat commun, qui a la faveur et la sympathie d’un public dont nous avons tous besoin. L’utilisation de niaises calomnies, de mensonges crasses et de diffamations stupides ne sert personnes, bien au contraire. Le combat est dans les champs inondés de néonicotinoïde, il pourrait aussi être dans la prise de conscience des apiculteurs de l’UNAF qui utilisent des méthodes d’exploitation apicoles dévastatrices pour les abeilles.
      Si l’UNAF ne s’est pas présenté à votre procès, je doute que la raison en ait été un simple oubli de votre part. Il y a des actes manqué qui marque leur réalité.
      J’ai personnellement et en conscience témoigné en faveur de Pollinis et cela pour ma part de la façon le plus objective qui soit ; j’ai observé et constaté le travail et les résultats des actions de cette association sur le terrain, et je peux vous affirmer que l’esprit, la détermination et les compétences des dirigeants et de toute l’équipe, Monsieur Laarman en tête (Pas l’autre…hein ! Non, celui-là !), sans oublier Monsieur Hebbar ont bien été au rendez-vous.
      Je pense qu’au vu des diffamations et du manque d’objectivité de votre article, et cela avec présence ou pas de l’UNAF, votre condamnation ne m’a pas attristé (Bien que fortement déçu par Que choisir, que je pensais plus objectif dans ses argumentations en général).
      Mais je me permet une question ; L’UNAF s’est-elle proposée de partager solidairement les dommages et intérêts de votre condamnation ?
      Henri Giorgi

      • Bonsoir,

        L’absence de l’Unaf a la barre tient à un oubli de notre part. Il n’y a pas d’acte manqué, pas de sens caché. C’est une erreur. Le service juridique de l’UFC était désorganisé par des départs. Je n’ai aucune raison de vous mentir et me couvrir de ridicule (car nous sommes ridicules). Quand à demander à l’Unaf ou à quiconque de partager l’amende, ce serait non seulement indécent (il faut assumer ses écrits) mais illégal. On ne peut mutualiser d’aucune sorte une amende au pénal. Après, je comprend tout à fait que l’issue du procès vous satisfasse. J’ai écris ce que je croyais vrai, après enquête, mon but n’est pas de faire l’unanimité.

        Néanmoins cordialement,

        Erwan Seznec

        • Bonjour,
          Pour ce qui concerne ma question; L’UNAF s’est-elle proposée de partager solidairement les dommages et intérêts de votre condamnation ?… Je pensais plutôt à une compensation sympathique de quelques kilos de miel offert… 🙂
          Vous avez eu la courtoisie d’apporter vos réponses à cet article et je vous en remercie. Notre temps (le votre et le notre) n’est pas à ce type de combat, souvent stérile et qui ne nourrit que des satisfactions personnelles. Il reste tant de choses autres et d’importance primordiale à faire passer. Pour ma part, et cela une fois de plus, avec les aides de Pollinis, nous allons ce wk recevoir du public à notre conservatoire des abeilles noires pour un programme de découverte, de fabrication de ruches-troncs, mais aussi d’éveil aux fragilités du milieu et de ses » habitants ». Si vous passez par là… Je vous souhaite une bonne journée. Henri Giorgi

  2. Bonjour
    Le plus simple dans toute cette affaire est que Pollinis publie non seulement ses comptes, mais la liste de ses fournisseurs. On verra alors comment l’argent est utilisé.
    NB : je suis le « Jean-Claude » de l’article qui avait enquêté sur les ruches conservatoires qui n’existaient pas ou qui appartenaient à la famille Laarman.

    • Bonjour,

      Sans être « dans les comptes » de Pollinis, ni dans le « secret » de ses fournisseurs ( dont je dois bien dire que je me fout complètement), je sais, je vois, je vérifie, je constate, l’étendue des aides, des soutiens, de l’investissement financier et technique dont à bénéficié notre association dans ses projets. Je constate aussi l’honnêteté et la fidélité de la parole donnée de Pollinis dans le suivi de projet qui pour certains n’ont et n’auront aucune retombée représentative dont Pollinis pourrait bénéficier. Personnellement je ne suis qu’adhérent à Pollinis et je me situe comme observateur des personnes et de leurs agissements dans ma petite sphère. Pour ma part donc, je ne constate que passion et dévouement pour une cause qui nous est commune. Maintenant , il serait interressant, puisque nous parlons « d’enquête », de mettre au grand jour les influences des lobbies sur les syndicats et autres groupements qui surfent sur les vagues de l’apiculture en général… Mes avis que vous y découvririez bien d’autres chats à fouetter et surement d’une nature corruptrice bien plus démonstrative.

      henri Giorgi

      • La différence est que Pollinis demande des dons à des « sympathisants » qui pensent – à juste titre ou à tort – que leur argent va être utilisé pour la défense des pollinisateurs. Et que ces sympathisants, dont je suis, aimeraient connaître l’utilisation détaillée de LEUR argent. Avoir accès à un bilan ne montre rien, toute personne qui connait l’ABC de la compta le sait. Plus de 350.000€ ont été dépenses à des achats en 2017. Quels achats, quels fournisseurs ? C’est bien la question que je pose à Pollinis depuis le début. A cette question, silence radio. Transparence vous avez dit ? Notez que l’accès au CA est verrouillé. Lisez les statuts article 5. Ce sont exactement les mêmes statuts qu’utilisaient les autres membres de la famille Laarman … Peut-être n’y a t il pas de nébuleuse Laarman , mais les procédures se ressemblent tellement …

        • Et pourtant! Je vois avec quelles précautions Pollinis, avant de s’engager dans un projet, en vérifie tous les aspects. Ils ont parfaitement conscience de l’impact que peut avoir leur participation à un projet et en vérifie l’intégrité avant de s’engager. J’ai l’exemple sous la main ou il refuse de s’engager dans un projet qui pourrait être « ambigüe » dans ses fondements. Sincèrement, j’ai pu constater qu’ils avaient toujours en tête le respect de leurs donateurs. Je ne connais rien des montages financiers d’où qu’ils soient, mais bien plus encore je me méfie des jugements liés à des « pédigrées » qui ne montre rien de la réalité des individus.

        • A lire et faire un « méa cumpa » en silence…

          COMMUNIQUÉ DE PRESSE
          POLLINIS OBTIENT LE LABEL « DON EN CONFIANCE »
          Le 20 décembre 2018, POLLINIS a obtenu le label « Don en Confiance » à l’issue d’une période d’instruction d’un an. Cette labellisation signifie que l’association satisfait aux quatre grands principes suivants : respect du donateur, transparence, probité et désintéressement, recherche d’efficacité.

          Don en confiance a été créé en 1989 par de grandes associations et fondations sociales et humanitaires soucieuses de préserver et développer une relation de confiance avec leurs donateurs. Sa vocation est de promouvoir, à travers le label qu’il accorde à ses membres, une plus grande rigueur pour permettre le don en confiance. Dans cette optique, il a élaboré une Charte de déontologie pour les associations et fondations faisant appel public à la générosité.
          « Pour une association engagée comme la nôtre, qui fait le choix de dépendre des dons des citoyens pour préserver son indépendance, ce label est un témoin précieux de notre probité et de notre rigueur, déclare Charles Valade, président de POLLINIS. Nous sommes fiers, après plus d’un an d’audit, de rejoindre les organisations labellisées qui ont toutes à cœur le respect de leurs donateurs et de leurs engagements. »
          Don en Confiance réunit aujourd’hui 90 organisations qui y adhèrent volontairement et s’engagent non seulement à respecter la Charte de Déontologie mais aussi à se soumettre à son contrôle continu. Le label est délivré pour trois ans renouvelables, pendant lesquels un contrôle continu de respect de ces exigences est assuré par Don en confiance pour permettre à chaque donateur de savoir comment est dépensé son argent et d’être assuré que POLLINIS fonctionne en toute transparence.

          Pour plus d’informations :
          – Vidéo Youtube « Don en Confiance » sur le label
          – Lien vers le CP sur le site Internet de « Don en Confiance »

          Contact : Hacène HEBBAR // hacene@pollinis.org // +33616321699

  3. Pollinis affirme beaucoup d’influence, mais donne peu de preuves.

    Les status (https://www.pollinis.org/admin/wp-content/uploads/2019/03/statuts-pollinis-s.pdf) sont instructifs :
    – article 5 : les membres ayant pouvoir de décision sont cooptés, ainsi tout est verrouillé
    – article 12 : les donateurs sont exclus des décisions.

    Quel est le salaire (et autres compensations financières) des « membres dirigeants » ?

    Par exemple, Pollinis réclame avec force trémolos inventer un nouveau dispositif contre le frelon asiatique. Mais quand on cherche à en savoir plus, on ne trouve que des appels au dons : pas de publication, pas de résultats, pas moyen de tester le dispositif (existe-t-il ?)…

    • … Suis je l’avocat de Pollinis? Non. Suis-je le témoin des aides, de la sympathie, du dévouement, de l’imagination et de l’énergie mise en place au service des abeilles dans des projets associatifs par Pollinis? Oui. Je peux donc parler de cela. Sans problème. Je suis moi même donateur et me fout éperdument des feuilles de salaire des membres de Pollinis, de mes voisins et de toutes en général. Je regarde, je vois et je juge de ce que je peux juger. Sans être un juge.
      Le mode de fonctionnement du bureau de Pollinis lui est propre. Sans doute parce qu’aprés réflexions et probablement débats ils ont jugé que le mieux pour eux était de faire comme ça. Qui suis je pour dire si cela est bon ou pas ou encore si cela cache l’énorme serpent de mer gavé de profit que l’on tente depuis des années de leur attribuer!
      Quant au dispositif contre les FA « un projet de dispositif électronique supporté par une perche télescopique, qui permet d’introduire un rayonnement infra-rouge générant une chaleur et une luminosité intenses directement à l’intérieur du nid. Les frelons succombent alors en quelques minutes à cette montée en température, contrôlée électroniquement pour éviter tout risque d’incendie. » voilà ce que j’en connais comme tout un chacun.
      Varroa assassine nos abeilles depuis presque quarante ans maintenant. Avez vous vu une avancée efficace dans les traitements, sans danger pour les abeilles, et qui aurait réglé le problème de ce vampire? Moi non! 40 années de panique sans solution au problème Varroa valent bien que des recherches contre le Frel Asia puissent être faites, même par Pollinis. Je pense que les publication, les résultats et les opérations de tests viendront lorsque le système sera présentable et aura affirmé ses capacités d’efficacités. Pourquoi vouloir systématiquement imaginer qu’il existe derrière tout ça, autre chose (enrichissement bien entendu) que de la simple recherche?

      • Parce que quand on fait de la recherche publique, on publie ses résultats : on les soummet à l’oeil critique de ses pairs, on les partage avec ceux qui les ont financés.
        « voilà ce que j’en connais comme tout un chacun. » : c’est bien là le problème, on sait très peu de choses sur cette idée. Pourtant pollinis en parlait déjà en 2016 : https://info.pollinis.org/anti-frelon-asiatique-phase2-projet/#lp-pom-box-60-color-overlay . Quel est le résultat des « tests terrain » ? Aucune info sur la phase 1 (est-ce un échec ? où sont les « 100 à 200 nouvelles perches » pour mai 2017 ? Où est la « mise à disposition à bas coût » ?), par contre l’appel aux dons pour la phase 2 est bien visible.

        Je connais des apiculteurs proches, qui traitent contre le varroa, et cela n’a rien à voir avec le sujet en cours. Mais si vous voulez ouvrir le débat sur des sujets connexes, voici un autre résultat judiciaire à propos de Pollinis : http://www.forumphyto.fr/2018/01/31/affaire-pollinis-victoire-judiciaire-definitive-de-forumphyto/ .

        Je n’ai jamais parlé des feuille de salaires de mes voisins, et je m’en fiche aussi, car ce n’est pas moi qui les paie. Je dis simplement que quand je donne mon argent à des associations, je veux savoir quelle partie va dans la poche des « membres dirigeants », quelle partie sert à rédiger une newsletter alarmiste bien travaillée pour inciter aux dons, et quelle partie produit quels résultats. Et plus de résultats que de subventionner quelques ruches à des membres de la famille.

        Si des résultats existent, il ne serait pas difficile de les montrer, plutôt que de juste les affirmer dans diverses communications. Montrez-nous les faits, c’est tout ce que je demande à voir.

        Merci pour votre témoignage. J’invite chacun à juger sur les faits plutôt que sur les paroles.

        • Il me semble me répéter… Je ne suis pas l’avocat de Pollinis!Ni non plus de la famille…
          Je ne reviens que sur votre conclusion à laquelle j’adhère entièrement ;
          « J’invite chacun à juger sur les faits plutôt que sur les paroles ».
          Pour ma part ce sont « les faits » qui m’ont incité à créer ce post, devant les attaques (qui d’ailleurs ont été condamnées par la justice) dont été victime Pollinis.
          Pour le reste, tout le reste……. J’aurais aussi une conclusion ;
          Si une assoc ne vous convient pas, si sa façon de fonctionner ne vous convient pas, passez votre chemin et gardez votre fric. Pour ma part, mon fric je sais ou il a été utilisé par Pollinis et ça me convient très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.